Un mariage couleur bleu Tiffany pour Amandine et Charles, qui se sont dit oui l’été dernier sur la côte toulonnaise. Un dîner sous les arbres avec vue sur la Méditerranée, des pivoines, d’énormes ballons blancs, et de superbes photos signées Studio Cabrelli, merci à tous les deux d’avoir partager votre belle journée.

Quelques mots de la belle Amandine…”Charles et moi nous sommes mariés en juin à Toulon. Nous avons voulu faire un mariage qui nous ressemble, quelque chose de « chic et sympa », comme nous l’a dit une invitée à l’issue du mariage.Nous avons eu beaucoup de mal à trouver un lieu qui nous convienne : beaucoup d’amis se sont mariés ces dernières années dans de très beaux châteaux, et nous voulions quelque chose de différent.Nous avons eu un coup de cœur pour la Résidence du Cap Brun, à Toulon, sur la mer. Elle est gérée par Godefroy, un excellent traiteur local.”

Nous nous sommes mariés un vendredi : lorsque nous avons visité des lieux en juin 2010, il ne restait plus que quelques vendredis de disponibles pour l’été 2011. En définitive, nous ne regrettons absolument pas ce choix, qui nous a permis de profiter du brunch le samedi entier, alors que nos invités venant pour la plupart de Paris, ils seraient partis l’après-midi un dimanche.”

    

“Le choix de la robe a été assez rapide. J’étais allé faire un tour chez Pronovias pendant les soldes de Juin 2010, et j’avais été assez échaudé par la lourdeur des robes. Je ne suis plutôt une petite nature, et je ne me voyais pas porter une robe de plusieurs kg toute la journée, y compris danser avec. A partir de là, un de mes critère a été une robe légère ! J’avais vu sur LMAPN des créations de Célestina Agostino, avec laquelle j’ai pris rdv. Le 1er entretien avec Celestina a été une révélation : elle prend 1 heure pour nous écouter, comprendre qui l’on est, comment sera le mariage, quel est le style du marié et des invités, avant de dessiner une robe qui met en avant nos atouts. Une vraie expérience que je ne regrette pas : Pour le même prix qu’une Vera Wang en solde, elle me proposait une robe faite pour moi ! Et les essayages dans son salon magnifique, entourée des couturières, ont été un vrai moment de plaisir tout au long de l’année.

Pour les chaussures, j’ai l habitude de porter des talons, et j’ai investi dans une paire de Jimmy Choo en soie blanche comme ma robe, hyper confortables malgré les 11cm de talons, et que j’ai gardé aux pieds jusqu’à 4h du matin. J’ai prévu de les faire teindre en bleu marine ou noire pour pouvoir les reporter plus facilement…

Concernant la coiffure, malgré le book de photos que j’avais constitué, j’ai eu du mal à expliquer au coiffeur ce que je voulais. Et au final, ayant l’habitude de me faire des chignons, je regrette un peu de ne pas m’être coiffée moi-même ce jour là… Pour moi, il faut qu’un chignon se casse un peu la gueule, sinon, c’est louche. En l’occurrence, vu l’état du mien dès l’église, il n’était pas louche du tout… Une de mes témoins m’a offert deux « barrettes » Lily  de untamed petals, et chacune de mes témoins en portait une en rappel. Leur look un peu vintage allait parfaitement avec le style Années 40 de la robe, et aujourd’hui, je suis toujours ravie (et un peu émue) quand je les reporte ! Je n’avais pas imposé à mes témoins de robe ni de couleur spécifique, mais avec leur coiffure et leur bouquet de pivoines, elles étaient facilement reconnaissables ! Idem pour les garçons : J’ai longtemps tenté d’imposer à ses témoins une couleur de cravate / chaussettes. Mais ne rencontrant pas d’enthousiasme, je me suis contentée d’une boutonnière en pivoine…

Nous avions planifié quelques heures avec mes témoins pour nous préparer avant la cérémonie, et notamment qu’une de mes témoins me maquillage. Cela vaut vraiment la peine de se laisser un  vrai moment un peu au calme pour se préparer : je garde vraiment un excellent souvenir de ce moment passé entre filles !”

   

“Pour la sortie de l’église, j’avais eu une idée qui m’avait parue géniale sur le moment : j’avais trouvé dans une remise chez la maman de Charles un scooter des années 60 et qui était juste de la bonne couleur. Et à ce moment là, je me suis dis que ca serait super de partir en scooter de l’église… On a beau avoir répété un peu le truc enroulée dans un drap pour simuler la traine, je ne faisais pas la maligne à la sortie de l’église quand il a fallu monter sur le scooter avec ma belle robe blanche. Mais bon, finalement tout c’est bien passé, si ce n’est que la personne qui devait venir  nous récupérer à quelques centaines de mètres de là nous a oublié, et qu on a passé 20 minutes sur un parking, Charles en costume, moi en robe blanche, avec tous nos invités qui avaient bien évidemment coupé leur portable avant la cérémonie…”

     

“Nous avons eu du mal à trouver des noms de table. Après plusieurs mois à réfléchir à pleins d’idées, une partie de nos grands-parents ne pouvant se joindre à nous, nous avons décidé de les avoir parmi nous en se servant des photos de mariages de nos familles comme plan de table. Nous avons pu retrouver des photos de toutes les époques, à partir de début 1900, et les tenues et coiffures des époques ont bien animé les tables ! J’ai ensuite fait des escort cards un peu rétro en découpant des ronds dans les photos…

Pour le livre d’or, je me suis dit que je n’avais jamais vraiment d’idée pour remplir ceux des mariés d’habitude, et que ca devait être le cas de beaucoup. Du coup, j’avais préparé une dizaine de fiches différentes avec des cases pré-remplie « Racontez-nous un souvenir des mariés », « Dessinez vous » … Ca nous a permis d’avoir des retours originaux qui changent du classique « beaucoup de bonheur ».

  

“J’aime beaucoup les mariages campagne- rétro-chic que l’on a pu voir cette année sur le net, mais nous sommes (enfin surtout Charles…) assez classiques, et cela ne nous ressemblait pas (et jamais je n’aurais pu imposer du Liberty à Charles : « les fleurs, c’est un truc de filles.. ») Nous n’avons pas choisi de thème, mais une couleur phare, un bleu lagon, un peu Tiffany, en écho à la demande en mariage faite aux Maldives. Nous avons voulu l’utiliser au maximum dans la papeterie, les livrets de messe…

J’avais été un peu échaudée après avoir reçu plusieurs faire-part identiques d’amis, et nous ne nous reconnaissions pas dans les faireparts classiques en lettres anglaises. Powerpoint, c’est un peu mon métier, aussi j’ai commencé à dessiner quelques trucs, et finalement, ca ne rendait pas si mal que ca. Et finalement, on a trouvé un bon imprimeur à Paris (abcprint), où les filles se sont démenées pour avoir exactement le bon rendu de bleu.

Oui, parce que je dois admettre à ce stade que je suis devenue un peu obsessionnelle. Je voulais des faire-part et des enveloppes du bon bleu. Non, pas turquoise ni pastel ni marine mais MON bleu. Et ca a été particulièrement critique pour les enveloppes. Après avoir fit la moitié des papeteries de Paris, je les ai finalement trouvé sur Internet. Mais sans livraison possible en France. Je les ai donc faite ramener par des amis expatriés. Oui, avec le recul, j’ai un peu honte. Surtout que j’ai recommencé pour le ruban, en l’occurrence beaucoup beaucoup moins cher aux US… Par ailleurs, j’ai appris après avoir fait 5 postes pour trouver des timbres « cœurs rouges », en rupture partout, que les timbres épuisés sont souvent disponibles en ligne sur le site de la Poste. Ca peut servir ! J’avais aussi fait un carton réponse, avec juste notre adresse au dos et un rectangle pour coller un timbre : ca a très bien marché, on a reçu beaucoup de réponses, et c’est toujours agréable de recevoir du courrier qui n’est pas une facture…

En complément du faire-part, j’avais préparé un « livret pratique » d’une dizaine de pages avec les plans du quartier de l’église, du lieu de la soirée et du lendemain, les itinéraires pour aller d’un lieu à l’autre, les adresses / mails / tarifs d’hôtels, et de taxis, les lieux à visiter dans la région… Bref, tout pour faciliter le week-end de nos amis !”

 

“Les pivoines sont mes fleurs préférées, et j’avais prévu tout organisé avec une serre à coté pour les leur acheter directement. Mais il a fait très très chaud en avril mai, et mi juin, il ne restait plus de pivoines dans la région… Devant mon désespoir (oui, à cette époque là ca ne semblait un drame…), la responsable des serres est allé en chercher à quelques centaines de kilomètres de là…

Nous les avons récupérées la veille du mariage, et j’ai passé la journée avec ma maman à faire les bouquets de tables et la décoration de l’église. Je ne regrette vraiment pas ce choix. Certes l’approvisionnement en pivoines a été un peu stressant, mais c’était un beau moment à passer ensemble, un peu au calme. J’ai eu beaucoup de mal à trouver des idées de décorations d’églises, adaptées aux bancs. Finalement, nous avons utilisés de grands pots en verres, recouverts de rubans, et dans laquelle nous avons mis de la mousse de fleuriste pour que les pivoines tiennent plusieurs jours.

Pour habiller le diner qui avait lieu dehors, nous avons attachés à chaque table des ballons blancs over-sized gonflés à l’hélium qui rappelaient les ronds omniprésents dans la papeterie.”

“Le choix du photographe a été très simple : nous avons eu un véritable coup de cœur pour Cabrelli, et vrai aucun regret. J’ai passé des heures à regarder leur blog, et les photos merveilleuses de mariages qui m’avaient émue alors que je ne connaissais même pas les mariés. Lorsque nous avons reçu les nôtres, nous avons été fascinés ! Elles retranscrivent vraiment les petits détails, l’émotion que nous avons ressentie… Certes c’est un vrai investissement, mais vraiment aucun regret sur ce choix. D’autant plus que Maria est vraiment adorable : elle a su me donner des conseils sur l’organisation avant le mariage, et dès ma préparation le jour du mariage, j’étais aussi à l’aise avec elle qui si elle avait été une invitée. Elle a même réussi à faire poser Charles qui a pourtant horreur des photos !”

{crédits photos}

“Le jour même, je me suis complètement laissée porter. Moi qui avait passé un an à réfléchir à tous les détails, j’ai laissé les autres gérer l’organisation de la journée. J’avais confié une liste détaillée des choses à installer au traiteur et à mon futur mari, et je ne me suis pas occupée de la logistique.

J’ai quand même un regret : le photobooth n’a pas été installé pendant le cocktail. Nous l’avons mis plus tard, pendant la soirée, et une partie des invités n’ont pas fait attention. Nous avons récupéré quand même une centaine de photos très sympa, et on a vu que ça a beaucoup amusés certains amis de nos parents, pourtant un peu timides d’habitude !”

Les bonnes adresses: Lieu: Résidence du Cap Brun/ Traiteur: Godefroy/ Photographe: Studio Cabrelli / Robe: Célestina Agostino/ Chaussures: Jimmy Choo/ Accessoires: barrettes Lily  de Untamed Petals/ Costume: Corneliani/

* * * *

Si vous êtes un couple de futurs, jeunes mariés ou mariés tout court, Pacsés ou tout simplement amoureux, que vous vous retrouvez dans l’esprit de La mariée aux pieds nus, et que vous souhaitez nous faire parvenir des photos de votre D-Day, d’une séance d’engagement, ou d’un save the date original…Ne soyez pas timide et envoyez nous un mail à lamarieeauxpiedsnus{@}gmail{.}com.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...