Si il y a bien un domaine où il est risqué de s’aventurer à l’aveugle sur la route des préparatifs de mariage, ce sont les vins et les champagnes. A moins d’être fin connaisseur, amateur éclairé, ou très bien entouré (sans pour autant subir les affres d’un dîner test entre oenologues avertis de votre famille mais dont les avis divergent résolument sur le bienfondé du Bourgogne ou du Gewurtz…), il y a des pros qui eux sauront vous aider.

Vins d’Honneur & Co , qui nous avait régalé de son champagne le 19 février dernier, est la première société spécialisée dans la vente et la distribution de vins de propriété à destination des futurs mariés. Un service clef en main pour vous guider dans l’accord mets et vins de votre menu. Il ne vous reste alors plus qu’à venir déguster les vins proposés afin de sélectionner votre préférence. Les vins vous seront ensuite livrés sur le lieu de votre choix : à votre domicile, ou directement sur le lieu de votre mariage. De quoi vous faire gagner du temps! Et si vous jetez un rapide coup d’oeil à votre rétro planning, le temps, c’est un peu ce dont vous manquez!

Voici quelques uns de leurs conseils, réponses à des questions que se posent de nombreux mariés…

Quelle quantité de vins choisir pour le cocktail? Si vous avez choisi de servir du champagne ou crémant pour votre vin d’honneur, il vous faudra compter une bouteille pour 4 convives, soit 2 coupes par invités.

Quels vins choisir pour le dîner? Le dîner assis est l’occasion pour les mariés d’offrir à leurs invités un repas plein de finesse … et de bonne humeur! Les vins s’y octroient une place de choix, car devant s’accorder au plus juste avec les plats servis. En fonction des mets proposés, un vin blanc ou un vin rouge sera servi lors de l’entrée. Vin qui se doit d’être moins puissant que le second servi en accompagnement du plat et toujours choisi dans l’optique d’un accord met & vin respecté. Le petit plus : certains mariés pour ravir les papilles de leurs convives, font servir un vin de désert disposant d’une longue finale. Les champagnes millésimés ou autres vins moelleux peuvent ici conclure divinement le plus grand diner de votre vie !

Et le droit de bouchon? Le “droit de bouchon” tire son origine d’un problème de justification auprès de l’administration fiscale. Pour faire simple, il est impossible pour un restaurateur qui a autoriser ses clients à ramener et à consommer leurs propres vins, d’en conserver une trace (document d’accompagnement simplifié ou capsule). Cette situation est en théorie condamnable, bien qu’il n’existe aucun texte de loi sur la question. Les restaurateurs et traiteurs ont donc instauré une pratique commune qui est celle du “droit de bouchon”. Le fait de facturer le client leurs permet de conserver une justification à la consommation de bouteilles ramenées de l’extérieur et non achetées par eux-même. Ils justifient aujourd’hui ce “droit de bouchon” par le service et le manque à gagner, chaque bouteille étant ouverte fait l’objet d’une somme forfaitaire: un bouchon égal tant! D’où l’expression “droit de bouchon”. Le droit de bouchon est une tradition, mais pas une obligation!

LAISSER UN COMMENTAIRE

PETITE NOTE :
-
Les commentaires ne doivent pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Nous nous réservons le droit d'effacer tout commentaire raciste ou antisémite, diffamatoire ou injurieux ou qui serait contraire au bon déroulement des échanges.
Les reportages publiés sur LMAPN sont avant tout des morceaux d'histoires de vrais couples ayant accepté de partager ici leur ressenti et leurs souvenirs, merci de garder cet espace courtois et enthousiaste. -
Nessa