Portrait de Laetitia Mayor alias Florésie, fleuriste

Florésie - Fleuriste de mariage - Portrait de professionnel - Blog mariage : La mariée aux pieds nus

Je suis persuadée que l’on peut apprendre beaucoup en découvrant l’histoire et le parcours de ceux qui, de près ou de loin, expérimentent le même genre de quotidien que nous. Indépendants et entrepreneurs, nos divers cheminements, nos rencontres, nos doutes et nos réussites façonnent nos vies et notre façon d’envisager nos métiers.

Fleuristes, stylistes, wedding-planners, photographes, créateurs de robes ou encore de faire-part j’ai eu envie de partager avec vous une série de portraits de professionnels du monde du mariage. L’occasion de mieux faire connaissance, de partager un moment, et de ne jamais se sentir seul. Car nous avons tous en commun cette passion, cette envie de bien faire, de nous dépasser et d’accompagner les futurs mariés dans cette belle aventure. Aujourd’hui, c’est Laetita Mayor, alias Florésie qui partage avec nous son histoire et son parcours qui l’aura menée de l’ingénierie à la fleur.

Quel a été le déclic qui a fait que tu t’es lancé à ton compte ?

Un changement de pays pour rejoindre mon homme, une région dans laquelle il m’était impossible de trouver du travail dans mon premier métier technique… une bonne excuse, pour un besoin de virage à 180° qui était latent depuis longtemps.

Que trouves tu le plus enthousiasmant dans ce travail? Qu’est ce qui te motive et te fait avancer ?

La fleur, d’abord évidemment. Ma matière première, fragile, adorable et fragrante. Travailler la fleur, c’est une addiction pour moi. Puis les gens, leurs histoires, leurs envies, leurs rêves pour leur scénographie de mariage. Le projet, enfin, la création d’un univers floral unique pour chacun de mes clients.

Comment définirais-tu ton approche, ton style, ce qui te différencie ou te lie aux autres professionnels ?

Mon approche est complètement sur mesure, mes créations sont uniques pour chacun des mariages que je fleuri. Mon style est naturel, intemporel et candide… Les jardins paysagés sont souvent ma première source d’inspiration et je travaille essentiellement des fleurs de jardin et donc de saison, pour cette raison.

Pour toi, le plus important pour continuer à être inspiré par ce que tu fais ?

Continuer à rencontrer des collègues et prestataires de talent, de ceux qui mettent mon cerveau en ébullition, avec des projets ambitieux et magiques. Et continuer à apprendre, à explorer et avancer, c’est cela qui me motive oui.

Quel regard portes-tu sur le monde du mariage, sur le réseau, la communication, la concurrence ?

J’aime les mariages, ils m’offrent l’opportunité de créer et scénographier avec ma matière première fétiche et éphémère. Ils représentent un terrain de jeu tellement stimulant pour les fleuristes ! Il est vrai que c’est un univers très compétitif et parfois vraiment ingrat. Mais je considère que la concurrence (loyale) est bénéfique. Et je me souviens toujours que mes concurrents peuvent être mes meilleurs partenaires, il est d’ailleurs fréquent que j’engage d’autres fleuristes indépendants pour travailler sur mes projets… Quant aux nouveaux moyens de communications et des réseaux sociaux, ils sont ma meilleure plate-forme de marketing. Jamais je ne pourrai avoir directement accès à une clientèle aussi diversifiée si ils n’existaient pas. Ma petite entreprise est ce qu’elle est grâce aux blogs et aux réseaux sociaux et ce depuis le début.

Je me souviens toujours que mes concurrents peuvent être mes meilleurs partenaires…

Quel est ton plus grand succès, ce dont tu es le plus fière ?

La création d’un workshop annuel en français pour les pros du mariage qui souhaitent mieux appréhender la fleur telle que je la conçois . Un immense succès l’an dernier pour sa première édition et la vente des places en une toute petite semaine pour l’édition 2017 ! Surtout, je suis fière et ravie de la communauté qui commence à se créer autour de ces workshops et des rencontres et complicités qui en sont nées.

Si il y avait un tournant particulier qui a marqué ton parcours ?

En 2015, j’ai participé pour la première fois à un workshop international. Cela a totalement secoué mon univers et m’a donné un élan et des outils qui m’accompagnent aujourd’hui encore… Depuis, j’ai compris la nécessité de continuer à me former auprès des meilleurs et je participe donc à un workshop par an au moins.

Quelle leçon, si il y en a une, as-tu apprise au cours de ta carrière ?

Il y a en a eu tellement des leçons… Peut-être la plus importante, me faire confiance.

Quel conseil donnerais-tu au toi de tes débuts ?

Si je pouvais voyager dans le temps et me retrouver face à moi même il y a cinq ans, je crois que je serrerai fort fort dans mes bras la débutante que j’étais. Les débuts sont emplis de traversées du désert… Il faut s’accrocher, s’entourer de gens qui y croient et s’accrocher encore.

Ton mantra, ou l’expression qui définit le mieux ta philosophie ?

“Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque.” Une citation de René Char que j’ai choisie pour 2017, mais qui pourrait bien rester plus longtemps tellement elle m’inspire…

Et pour la suite, tu prévois quoi ?

Imposer ma chance, serrer (fort fort) mon bonheur et aller vers mon risque, justement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Latest Stories

Search stories by typing keyword and hit enter to begin searching.