Un mariage coloré près de Narbonne dans l’Aude

Un mariage coloré près de Narbonne dans l'Aude - Photos : Dall'k - Blog mariage : La mariée aux pieds nus

Sami et Guillemette ont imaginé une journée qui mêlerait leurs deux cultures. Un mariage plein de couleurs ambiance Méditérannée, un grand plat à partager pour le dîner, du hénné et de la musique Gipsy pour faire danser leurs invités… Ils partagent avec nous leur mariage coloré près de Narbonne dans l’Aude photographié par Dall’k .

La rencontre

« Nous nous sommes rencontrés comme beaucoup de monde au travail quand on vivait à Paris. Je me souviens très clairement que quand j’ai vu Sami pour la première fois, je savais qu’il allait marquer ma vie, et il me plaisait beaucoup. Je ne pense pas que c’était un coup de foudre, mais un coup de cœur clairement! On venait de rejoindre une jeune startup, et même si on ne travaillait pas dans les mêmes équipes, c’était si petit que très vite on a travaillé ensemble sur des sujets transverses. On est passés rapidement de collègues à amis, comme c’était le cas avec tous nos collègues de l’époque. Mais il y a toujours eu un truc en plus, que nos collègues avaient grillé d’ailleurs. Je sortais d’une relation de 8 ans donc pas évident de me lancer dans une nouvelle histoire, et Sami avait un contexte familial assez compliqué. Mais on s’est laissé une chance d’être plus qu’amis, et depuis on ne s’est pas quittés. »

La demande en mariage

« Avec la situation sanitaire, autant vous dire que cela n’a pas été chose aisée. Les interdictions de déplacement, la fermeture des magasins (et particulièrement des bijouteries !) et le fait que nous étions la majeure partie de notre temps confinés ensemble dans notre appartement dublinois me donnait une marge de manœuvre très restreinte pour organiser ce moment important.

Mon engagement envers Guillemette et ma volonté d’avancer dans notre relation était un choix qui a muri depuis un moment. J’étais prêt et il m’était inconcevable que je reporte ma demande en mariage. C’était le moment, notre moment et le Covid ne pouvait pas interférer dans ma décision. – Challenge accepted !

Je conviens que la demande de mariage aura lieu dans notre appartenant. Pour le cadre extraordinaire, on repassera. Reste à croiser les doigts pour qu’il fasse beau. Irlande oblige, je ne vous apprendrai rien en vous indiquant qu’il a plu ce jour-là. »

« La bague de fiançailles sera finalement une bague de « demande », commandée sur un site de bijouterie en ligne. Je me convaincs que ce sera le lot de consolation de ma future épouse (si elle dit oui) qui aura la chance de disposer de deux bagues pour ses fiançailles !

Pour l’effet de surprise… Il me fallait disposer de l’appartement « seul ». Comment faire quand nous passons 90% de notre temps confinés dans notre appartement ? Une opportunité, que dis-je un signe « divin » se présente à moi ! Guillemette avait un rendez-vous prévu chez le dentiste le 30 décembre 2020 en fin de journée. Banco ! Ni un, ni deux, je saute sur l’occasion. La date de la demande est décidée et tant pis si ma dulcinée se voit proposer en mariage avec la tête dans le coton.

Jour J, avec la bénédiction des beaux-parents, bague, champagne et lettre de demande en mariage en poche. Je suis prêt. Elle rentre trempée du dentiste. Je l’invite à me rejoindre dans notre salon. On enclenche le plan, demande « classique » et l’effet de surprise est total. Elle me dit « OUI ». L’espace d’un moment, nous oublions tout, il n’y a que nous, nous sommes heureux et c’est le plus important. »

Les préparatifs du mariage

« Sami a fait sa demande en décembre 2020, on s’est marié en Juillet 2021 : 7 mois pour tout organiser ! C’était volontaire de notre part: Déjà parce qu’on a tous les deux des travails assez prenants donc on ne voulait pas tirer cette pression de l’organisation sur la longueur. Ensuite, « à quoi bon » y passer des mois (voir des années) à fignoler; quelque soit le temps passé à préparer dans les moindres détails, il y aura forcément des imprévus et des imperfections le jour J, donc on s’est lancé, et puis « que serà, serà ». Enfin, quelque part on a eu la chance de connaitre le contexte du covid, on y était préparés, et on a choisi d’organiser le mariage en partant du principe qu’on devrait gérer le contexte sanitaire en limitant le nombre d’invités et en faisant des choix qui seraient moins risqués pour nos proches (tout était en extérieur par exemple).

Pour le choix de thème, on voulait un mariage qui nous ressemble. Donc exit le « chic et sobre », clairement ce n’est pas nous. Sami est d’origine Tunisienne, moi je viens de la région de Narbonne. On a choisi un thème qui reliait nos deux cultures: La Méditerranée. La déco, l’animation et le menu suivaient : de la couleur, des inspirations andalouses, une cérémonie du henné, des saveurs de notre sud, un diner en terrasse, de la musique live Gipsy… »

« Pour le budget, on n’en avait pas fixé mais on savait ce sur quoi on voulait mettre le prix et ce qui nous semblait « nice to have » . On a les mêmes priorités donc ça nous a bien aidé. Par exemple: Louer une limousine: Jamais de la vie; mais avoir un groupe live : hell yeah!. Avoir un photo booth : bof ; mais un super photographe: of course.

Pour l’organisation, malheureusement j’ai du faire 80% du travail d’organisation sur ces 7 mois, ce qui semble être le cas encore dans beaucoup de couples qui organisent leur mariage. La cause féministe a encore du pain sur la planche ! J’ai même lu des articles où on conseille à la mariée d’encourager son mari avec des taches pas trop compliquées et le féliciter pour l’impliquer… What the fuck! Simone de Beauvoir en PLS !

C’est ce déséquilibre qui a été la source de discordes et de pression dans notre préparation du mariage. J’en voulais beaucoup à mon futur mari de ne pas plus s’impliquer. Clairement il n’avait pas anticipé l’ampleur du travail d’organisation que ça demandait. Quant à moi, je me suis mise en mode robot « pas très ouvert aux suggestions extérieures ». A côté de ça, là ou d’autres mariés doivent « faire plaisir » aux familles, ça n’a pas été notre cas et donc ce mariage c’était le notre, avec nos envies et sans faire avec des contraintes familiales.

Finalement les quelques jours avant le mariage et en étant enfin en vacances, les tensions de l’organisation se sont apaisées, et Sami m’a beaucoup délestée des taches de dernières minutes. Sans parler de nos témoins, et nos parents ! It takes a village ! »

Le jour du mariage

« Notre mariage a été scindé en deux jours : Vendredi – Mairie // Samedi – cérémonie et fête. Nous avons été obligés de séparer la mairie par manque de créneaux le samedi. Mais finalement, quelle bonne idée ! C’était tellement mieux pour nous (moins de stress, journée plus cool, plus de temps pour les proches), et aussi pour les invités qui logistiquement n’avaient pas à prendre la voiture pour bouger de la mairie, puis au domaine dans un temps court.

La mairie ne pouvant pas accueillir beaucoup de monde à cause du covid, nous étions une vingtaine (famille proche et témoins). On a ensuite fait un repas très simple sur le domaine où nous avions loué 3 jours pour être tous sur place.

Le samedi, au matin, les témoins et nous avons revu le plan d’organisation, et les missions de chacun. Beaucoup de prestataires arrivaient en journée, quand nous les mariés étions pris par la préparation, donc nos témoins étaient d’une aide incroyable pour gérer cette grosse journée. On a écrit nos vœux le matin même (ça craint mais on arrivait pas à s’y mettre avant).

Vers 16h c’était la préparation avec nos témoins et familles proches, nos super photographes ont déjà géré des couacs d’organisation et ont pris de super photos pour immortaliser ces moments de préparation (et de pression qui monte).

A 17h, c’était la cérémonie des alliances dans le parc sous l’ombre des arbres. On ne se savait pas qui allait parler, et on découvrait tout, et les mots de nos amis et familles étaient tellement touchants. Juste génial ! On a beaucoup pleuré, la maquilleuse a bien géré, car pas l’ombre d’un mascara qui coule sur les photos ! Ensuite on est passé au cocktail dans le parc en musique avec notre bande Gipsy qui nous a tous bien détendu après ces émotions. Et là, tout passe très vite, on aimerait passer plus de temps avec nos amis, mais tout s’enchaine (photo, coucou à tout le monde…)

On est passé à table en terrasse (un tajine à partager pour chaque table) et puis on a fait la cérémonie du henné devant tous nos invités qui pour la plupart découvraient cette coutume.

La pièce montée est partie en 3 minutes ( il faut dire que les choux étaient trop bons et commençaient à se décoller avec la chaleur)  . Nos amis nous on réservé une surprise en vidéo et des petits souvenirs pour les invités. Enfin, quand c’est le moment de danser et que toute les étapes sont passées, on a pu souffler et se lâcher. On s’est couchés à 7h du matin, le dimanche on était pas mal au bout de nos vies.

Dans le lot, on a zappé de lancer le bouquet, on avait pas eu le temps de faire la première danse comme le cocktail a duré longtemps, et puis on a pas pu couper le gâteau … ce n’était pas comme on l’avait planifié, mais sur le coup on a même pas eu le temps de réaliser et personne ne s’en rend compte.

En tout cas, c’était merveilleux, on avait nos amis, notre famille, les gens qu’on aime autour d’une belle fête, c’était parfait et au final c’est tout ce qui compte. »

Un moment en particulier

« La cérémonie laïque sans hésiter ! On a pleuré comme des madeleines, on ne s’attendait pas à tant d’émotions. Cette cérémonie c’était le moment le plus fort du mariage. Est-ce qu’on aurait l’occasion de se dire qu’on s’aime et qu’on est heureux de s’accueillir dans nos familles respectives si on ne dédiait pas un moment pour ça ? C’était magnifique et quelle chance d’avoir des familles et amis si gentils et généreux (et complètement barrés aussi). C’est notre plus belle richesse !

La cérémonie du henné était merveilleuse aussi. Pour ma famille et mes amis c’est quelque chose qu’ils n’ont jamais vécu avant, et ma belle mère était tellement heureuse de faire découvrir cette cérémonie très importante du passage à la vie de femme mariée. On s’est changés en tenues traditionnelles faites à la main à Tunis tout simplement magnifiques, et la Negafa (la personne qui applique le henné et accompagne la cérémonie) a fait un superbe motif sur mes mains et celles des invités qui voulaient un souvenir. Un super moment de partage sur fond de musique orientale. Même les hommes ont voulu leur boule de henné porte bonheur (en principe c’est pour les jeunes filles, trop drôle). »

Un conseil à partager

« Se mettre d’accord sur l’organisation (qui fait quoi, sous quels délais), prendre conscience du budget et du temps demandé, et se mettre des objectifs pour ne pas trop se laisser déborder sur les jours avant le mariage qui sont super blindés (accueil des familles, détails de dernières minutes etc…).

Être organisé et accompagné de personnes de confiance : avoir un plan de la journée et des missions de chacun, partager les détails du mariage aux témoins quelques semaines avant le jour J pour pouvoir compter sur eux . Si on ne partage pas les infos, le jour J seuls les mariés savent ce qu’il faut faire : la recette d’un désastre !

La règle du 80-20 : Etre organisé oui, mais ne pas chercher à tout contrôler au détails près : c’est la règle du 80%-20%. 80% on l’a préparé et planifié, 20% faudra improviser et accepter que ce sera pas comme on avait espéré ou prévu. Le jour J il faudra gérer les imprévus ! Mais n’oubliez pas que ce n’est pas ce qui compte. Ce qui compte c’est la qualité du moment passé avec vos proches et votre partenaire.
Déléguer aux Témoins/Familles : Le jour J, votre objectif c’est de profiter, et ne pas être par monts et par vaux pour gérer l’organisation. Ca veut dire déléguer: préparer les missions de chacun, partager l’organisation à l’avance, assigner des taches. En tant que mariés, vous serez très sollicités le jour J et n’aurez pas le temps de tout faire. En déléguant un peu, chacun peut passer un bon moment sans stress. »

« Choisir les prestataires de confiance ! On a fait des erreurs de choix de prestataires, avec du recul il y avait pourtant des signes qui ne trompent pas. Les prestataires habitués à gérer les mariages sont carrés mais flexibles et capables de gérer « leur stress » et les imprévus: Faites confiance au review google (tant que les volumes de revues sont suffisants et récents) et aux recommandations d’autres prestataires. Mais demandez aussi des références de précédents mariés si vous n’avez pas assez de retours d’expérience. Un prestataire carré et organisé c’est un signe de professionnalisme. Méfiez vous de ceux qui sont trop « relax » en mode « on verra la jour J » et qui ne vous mette pas à l’écrit tout ce qu’ils promettent. Quand la préparation avec le prestataire traine trop et manque de rigueur, dites vous que le jour J il y a de fortes chances que ce soit un énorme bazar. A côté de ça, les prestataires qui ne laissent pas la place à l’imprévus et vous impose des règles trop strictes pour vous ou vos invités ne sont pas adaptés à une prestation comme un mariage où la dimension humaine est forte et entraine forcément beaucoup d’imprévus. Ce type de prestataires risque d’être « happé » par son propre stress le jour J et vous n’avez pas besoin de ça !

Organiser sa journée : séparer la Mairie de la Cérémonie Laïque . Séparer la mairie de L’Eglise/la cérémonie laïque: ça fait une longue journée pour tout faire, c’est épuisant et 1 seule journée ne permet pas d’en profiter comme on le souhaite. Sans parler de la galère d’organisation, des retards et du stress pour les invités qui essaient d’aller d’un lieu à l’autre en voiture. On a été contraints de séparer les deux, mais c’était vraiment une super idée. On a mieux profité de nos invités, et on a pu même dormir le samedi matin et être frais sur les photos. »

« Etre un peu égoïstes. Mon manager m’avait dit ça, c’est ton mariage ne l’oublie pas, donc profite et fais comme TOI tu veux. Clairement on a la chance d’avoir des amis et familles qui n’ont rien imposé, mais le jour J j’avais adopté cette attitude de me dire « profite » et j’ai profité! Je ne me suis pas transformée en Bridezilla !

Les Bacs à Glaçons : on a pensé à ça une semaine avant le mariage! N’oubliez pas les grands bacs à glaçons pour le service et prévoir assez de frigo (si vous vous chargez des boissons): les bacs à glaçons livrés sur place et posés sous les tables du cocktail et pas trop loin de la piste de danse sont super pratiques pour le service (vs aller au frigo à chaque fois). Enfin chaque domaine a des frigos, mais le traiteur va les utiliser, c’est bien de prévoir assez de frigo pour les boissons et faire un roulement régulier. Vous aurez en plus énormément de restes, il faut de la place pour tout stocker. »

Les prestataires recommandés par les mariés

Henné – Negafa : Aziza Zerrifi | Photographe : Dall’k | Traiteur : Le Corbierou | Robe de Mariée : Nanyne | Costumes : Maison de l’Homme | Alliances et Bague de Fiançailles : Fabien Cardona | Coiffure et make up : Julie les Coquettes | Gâteau : La note sucrée |

Vous êtes photographe et vous vous retrouvez dans l'esprit La mariée aux pieds nus, n'hésitez pas à nous contacter pour partager vos images à lmapn.publications@gmail.com . Les astérisques marquent des liens affiliés. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter la page Mentions Légales du site.
Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Recherchez en tapant un mot-clé et appuyez sur Entrée pour commencer la recherche.