Un mariage au Domaine du Marchais Bouchet près d’Angers

Un mariage au Domaine du Marchais Bouchet près d'Angers - Photos : Dorothée Buteau - Blog mariage : La mariée aux pieds nus

Justine et Thomas se sont rencontrés sur internet. Leurs points communs les ont rapprochés, leurs envies les ont fait se rejoindre, et après plusieurs tentatives de demandes de la part de Thomas, ils ont finalement célébré  leur mariage au Domaine du Marchais Bouchet près d’Angers devant l’objectif de Dorothée Buteau.

« Nous nous sommes rencontrés en octobre 2011 via un célèbre site. J’étais assez réticente sur ce type de rencontre mais je me suis laissée convaincre par une amie et j’ai eu la chance de croiser Thomas très rapidement. Au premier rendez-vous pourtant, ça n’a pas fait tilt. Mais nous avons continué d’échanger par sms car nos emplois du temps perso ne nous permettaient pas de nous revoir tout de suite et c’est là que nous sommes vraiment découverts et que nous sommes tombés sous le charme. Après, tout s’est imposé très naturellement. Nous avons beaucoup de points communs : une passion pour le cinéma et les séries, un goût pour la déco et les découvertes culinaires, une famille nombreuse (j’ai cinq frères, il a quatre sœurs, ça ne s’invente pas…). Je rêvais de me marier depuis mon plus jeune âge mais Thomas, enfant de parents divorcés, n’était pas forcément sur la même longueur d’ondes. Au fur et à mesure de notre histoire, j’ai compris que ce n’était pas un élément indispensable et j’ai peu à peu mis l’idée de côté au profit d’autres projets : on a acheté un appartement, on a évoqué l’idée d’avoir un enfant. Autant de choses qui m’ont occupé l’esprit et qui ont rendu la demande de Thomas encore plus inattendue.« 

La demande en mariage

« Nous étions en week-end à la montagne en janvier 2017. Apparemment, j’avais fait capoter plusieurs tentatives sans m’en rendre compte et Thomas s’était mis beaucoup de pression par rapport à ce moment que j’avais sûrement trop idéalisé. Le week-end touchait à sa fin et Thomas avait peur, une fois de plus de ne pas réussir à faire sa demande alors il s’est lancé… sous la douche. J’ai dit oui, la tête pleine de shampoing ! Il m’a offert la plus belle des bagues, dans un esprit très vintage, conçue par Benoît Joaillier, spécialisé en bijoux anciens. Nous sommes tous les 2 fans de la période Arts-Déco et Thomas avait une idée bien précise de ce qu’il voulait. Ce joaillier hors-pair a su concilier ce qu’il avait imaginé, avec son budget. Et sa démarche m’a autant surprise que touchée. »

Les préparatifs du mariage

« Nous avons décidé de nous laisser un an et demi pour préparer notre mariage que nous voulions, comme beaucoup de futurs mariés, à notre image. Pas de thème mais plutôt une ambiance, un esprit entre le champêtre, le bohème et le vintage. La priorité était de trouver le lieu idéal. Originaire du Nord, nous avons tout d’abord cherché là-bas mais nous n’avons rien trouvé qui correspondait à nos attentes. Mes parents allant visiter une maison du côté d’Angers, j’ai regardé par curiosité les salles et plusieurs lieux ont retenu mon attention. C‘est une région que j’aime, à trois heures de Paris, cela pouvait marcher. Nous avons eu un coup de cœur pour le domaine du Marchais-Bouchet à Gennes. C’est un lieu parfait pour un mariage champêtre. Les propriétaires sont adorables, et il y a plein de possibilités de scénographies différentes (une salle, un grand parc, une halle, un préau…). Il ne leur restait qu’une date pour l’été 2018 : le mardi 14 août. Ce serait donc la date de notre mariage. »

« Pour le reste, Thomas et moi étions assez divisés sur les postes à privilégier par rapport au budget que nous nous étions initialement fixé. Lui préférait se passer de photographe car nous avons pas mal d’amis artistes qui auraient pu nous faire quelques jolis clichés, et personnellement, je doutais de l’importance d’un DJ, préférant une playlist à un pro qui fait tourner les serviettes ou qui ne respecte pas nos envies. Nous avons fini par nous convaincre l’un l’autre en trouvant les deux bons prestataires : ils se sont imposés d’emblée comme une évidence et il nous semblait impossible de faire un choix, quitte à renoncer à d’autres choses. Dorothée Buteau, notre photographe, a retenu notre attention avec ses photos et nous avons été définitivement conquis lors d’un skype pour voir si le courant passait. Nous avons fait une séance engagement à ses côtés à Nantes : c’est plutôt un bon moyen pour faire connaissance et je le conseille. Pour nous, cela a aussi été le moyen d’apprivoiser l’appareil car nous ne sentions vraiment pas à l’aise et redoutions les poses mièvres ou tout simplement le côté ridicule de la chose. Quand nous avons reçu le résultat, cela nous a définitivement confirmé dans notre choix. Le jour du mariage, Dorothée a été parfaite, se glissant discrètement parmi les invités et immortalisant un tas de petits moments qui nous avaient échappés. Le résultat est au-delà de nos espérances et nous permet d’avoir un souvenir inoubliable. »

« Pour la musique, nous avons cherché un type de DJ bien particulier. Nous voulions quelqu’un qui partage nos goûts musicaux et qui sache respecter nos envies tout en restant discret (pas question d’un MC qui prenne le micro). Nous avons rencontré Adrien de Musique et Emotion, et le feeling a tout de suite été évident. Au-delà de sa prestation parfaite le jour J qui nous vaut encore des compliments aujourd’hui, il a été un vrai soutien tout au long de l’organisation, nous conseillant avec sincérité et franchise. Nous avons opté pour leur DJ truck, La Black Machine, qui a également eu beaucoup de succès auprès des invités et qui s’est révélée un vrai atout pour les photos. »

« Notre seule vraie difficulté a été de trouver le traiteur. Thomas étant un grand amateur de cuisine et plus particulièrement de l’esprit street food, nous voulions un repas qui y fasse un clin d’œil sans pour autant tomber dans l’idée trop évidente du burger. Après un mariage où nous avons expérimenté le cochon de lait très convivial, nous avons trouvé le bon compromis : du pulled-pork à savoir un porc cuit pendant huit heures et qui est ensuite effiloché et servi soit en assiette soit en sandwich avec une sauce type barbecue ou asiatique. Sauf que trouver le prestataire qui nous suivrait dans ce projet dans la région s’est révélé un vrai parcours du combattant. Nous avons eu une vraie déception avec un jeune couple qui se lançait et qui, alors que nous avions dit oui, a finalement changé d’avis. Avec le recul, nous avons réalisé qu’ils n’auraient pas eu les épaules pour assurer un repas pour 140 personnes. Nous avons finalement dû revoir nos envies d’originalité pour partir sur un traiteur plus classique (Mets & Secrets) mais qui a été à l’écoute et s’est plié à nos demandes un peu particulières. Nous avons eu notre pulled pork et surtout nous avons pu avoir le buffet de desserts dont nous rêvions : à mi-chemin entre La Belle et la Bête de Jean Cocteau, Alice aux pays des merveilles et un esprit cabinet de curiosité. Après le dîner rapide servi sous la grande halle du domaine, les convives ont été invités à quitter la table et à découvrir le buffet à la lumière des chandelles. Deux de nos témoins avaient imaginé la décoration selon des planches d’inspiration et des objets que nous avions chinés ici et là : le résultat en pleine nuit était juste magique. Cela reste pour nous, l’un des moments les plus forts de cette journée. »

Le choix des tenues

« Les trois sœurs de la maison Victoire Vermeulen s’imposent comme un autre grand coup de cœur de ce mariage. Leurs créations qui changent un peu de la mariée bohème, leur gentillesse, leur histoire de maison familiale et le fait qu’elles venaient comme moi du Nord m’ont convaincue de choisir ma robe là-bas. Un choix que je n’ai absolument pas regretté. Du début à la fin, leur professionnalisme a été parfait. J’étais partie avec un modèle en tête mais quand j’ai essayé la robe Coco, elle s’est imposée comme une évidence. La jupe avec les poches, son esprit couture et à la fois rétro grâce à la dentelle que nous avons choisie ensemble en ont fait la robe idéale. J’avais peur de ce que Thomas en penserait car il m’imaginait dans une robe très bohème mais en un regard, j’ai compris que j’avais fait le bon choix ! Pour les chaussures, j’ai opté pour une paire de sandales dorées Jonak dont l’esprit rétro convenait parfaitement à la robe et dont le talon, pas trop haut, était très confortable. Un choix que j’ai d’autant plus apprécié quand j’ai découvert trois mois seulement avant le mariage que j’étais enceinte. Pour le maquillage et la coiffure, j’ai fait confiance au salon Dessange à Angers. Ils ont été parfaits assurant une mise en beauté qui a su rester très naturelle, pile dans l’esprit de ce que je voulais. »

« Pour Thomas, le choix s’est porté sur un costume sur-mesure réalisé chez Atelier NA. Nous avons opté pour la boutique de la rue Saint-Honoré où les vendeurs ont été de très bons conseils. Le plus dur étant de choisir un tissu un peu original sur un simple échantillon, sans savoir vraiment ce que cela donnerait sur un costume complet. Mais là encore, nous n’avons aucun regret. »

Un souvenir en particulier

« Difficile de faire un choix : les différentes surprises de nos familles et amis avec notamment mon père et mes frères qui ont mis l’ambiance en revisitant Johnny Be Good, l’annonce de l’arrivée de notre bébé à notre entourage, la découverte du buffet, l’ouverture du bal avec mon père puis Thomas, la soirée dansante qui a duré jusqu’au bout de la nuit… Oui, décidément, c’est vraiment trop difficile de faire un choix ! »

Les conseils des mariés

« Il est vrai qu’on peut vite se laisser dépasser dans l’organisation du mariage. Il est important de définir assez vite un budget (qui a de fortes chances d’être dépassé) et les postes prioritaires. Nous avons vite réalisé que si nous voulions mettre l’accent sur la musique et les photos, il faudrait renoncer à un fleuriste par exemple. Reste à savoir dans quel(s) domaine(s) on se sent à l’aise ou ceux dans lesquels on peut compter sur l’aide des proches. Nos amis et familles ont par exemple assuré dans la mise en scène des différents espaces et la réalisation des bouquets et couronnes florales. Il faut aussi être réaliste : les mariés sont peu dispo le jour J et mieux vaut ne pas trop charger la liste des tâches à réaliser. Thomas voulait absolument réaliser des pièces maison pour le dessert (cookies et carrot cakes) et nous avons finalement dû demander de l’aide pour tout boucler à temps ! »

« Si le domaine de réception est vaste, il faut aussi se préparer à perdre beaucoup de temps à se déplacer entre les différents points stratégiques lors de l’installation. Nous nous sommes dits après qu’avoir un vélo par exemple n’aurait pas été inutile !

Enfin, je dirais que le feeling avec les prestataires est essentiel. Et attention, à ceux qui disent oui tout de suite et vous promettent monts et merveilles : il n’est pas toujours agréable de s’entendre dire non mais ce peut être la marque d’un vrai professionnel dont l’expérience fera la différence. En revanche, il ne faut pas non plus tout accepter. Il était par exemple inconcevable pour nous de signer avec un traiteur sans dégustation en amont, et ce, même si sa réputation est bonne. »

Les adresses

Photographe : Dorothée Buteau | Robe de mariée : Victoire Vermeulen | Chaussures : Jonak – MUA : Dessange Paris (Angers) | Costume : Atelier NA | Nœud pap’ : Zara | Chaussures : Bocage | Alliances : Paulette à Bicyclette pour lui, Ventes Privées pour elle | Fleurs : la mariée | Traiteur : Mets & Secrets | DJ : The Black Machine

Vous êtes photographe et vous vous retrouvez dans l'esprit La mariée aux pieds nus, n'hésitez pas à nous contacter pour partager vos images à lmapn.publications@gmail.com . Les astérisques marquent des liens affiliés. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter la page Mentions Légales du site.
Related Posts
  1. Superbe ce reportage ! très chouette costume pour le marié !

  2. Claire dit :

    Joli mariage, qui sent bon la sincérité! Je me reconnais dans beaucoup des difficultés rencontrées et dans les choix effectués. J’apprécie tout particulièrement le témoignage sur la partie traiteur, qui je trouve n’est pas assez traité dans les blogs de mariage (hormis les food truck ). Et pourtant, lorsqu’on souhaite réunir beaucoup de personnes chères à notre coeur c’est un poste de dépense tellement important! Nous nous marions cet été dans un département voisin et avons aussi une demande de repas particulière, pour laquelle nous trouvons peu d’oreilles attentives et de conseils…On nous dit beaucoup que telle chose ne se fait pas, que c’est tout de même un mariage etc…J’aimerais que davantage de traiteurs se rendent compte qu’il existe une demande de mariés qui ne souhaitent pas toujours de repas à l’assiette, mais qui souhaitent aussi changer du buffet traditionnel, qui recherchent davantage de saveurs plutôt que du foie gras et du saumon fumé…ça existe peut-être les blogs culinaires de mariage? 🙂

  3. Un mariage tout en douceur, un plaisir de lire cet article et découvrir cette belle journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Latest Stories

Search stories by typing keyword and hit enter to begin searching.