Un mariage simple et pastel dans le Montana

Un mariage simple en bleu dans le Montana - Photos : Stella K Photography - Blog mariage : La mariée aux pieds nus

On adore les mariages qui portent de jolies histoires, encore plus lorsqu’on parle de bagues de fiançailles. Manon et Philip se sont rencontrés durant leurs études. Et lorsqu’il lui a fait sa demande, c’est avec un saphir qu’il avait lui-même trouvé alors qu’il était enfant, dans l’étant du Montana, et qu’il s’était alors promis de conserver pour l’offrir un jour à celle qui partagerait sa vie.

Ces deux adorables amoureux partagent avec nous l’histoire de leur mariage simple et pastel photographié par Stella K. Photography.

La rencontre

« Philip et moi nous sommes rencontrés en licence à Bordeaux. Il venait faire une année d’étude à l’étranger et nous avions des cours en commun dans le département d’anglais. Pourtant, ce n’est que lorsqu’un ami commun l’a invité à la soirée que j’organisais à l’occasion de mon anniversaire que nous avons réellement fait connaissance. Nous ne nous sommes pas lâchés depuis. Après quelques années de longue distance entre la France et les États-Unis, nous avons finalement décidé de nous installer aux États-Unis à Washington, DC où Philip a trouvé du travail et où je continue mes études en doctorat dans une université locale. C’est ici, dans notre petit appartement alors que nous nous préparions à sortir au restaurant peu avant notre 9ème anniversaire que Philip a un soir mis un genou à terre et fait sa demande.« 

La bague de fiançailles

« Ma bague de fiançailles est sans doute l’objet le plus précieux que je possède. Le saphir dont elle est sertie est en réalité un saphir que Philip a lui-même trouvé lorsqu’il avait 8 ou 9 ans et gardé dans le but précis de l’offrir à sa future fiancée. L’état du Montana, dont il est originaire, regorge de magnifiques chaînes de montagnes, l’une d’entre elles, les « Sapphire Mountains », où ses parents habitent, sont naturellement riches en saphirs et il existe des mines où les clients peuvent eux-mêmes extraire ces saphirs de la terre. C’est lors d’une visite en famille dans l’une de ces mines que Philip a un jour eu la chance de trouver cette magnifique pierre que j’ai aujourd’hui la chance de porter. »

Les préparatifs du mariage

« Le choix du lieu de réception a demandé pas mal de réflexion. Étant donné que Philip et moi formons un couple binational dont la famille et les amis sont répartis sur plusieurs continents, il n’existait pas de solution idéale. Nous avons donc finalement décidé de célébrer notre mariage à l’endroit qui nous était le plus cher, le chalet de ses parents, niché au milieu des montagnes du Montana. Il s’agit non seulement d’un espace magnifique offrant une vue panoramique sur les sommets environnants, c’est aussi un endroit symboliquement riche vu que c’est le lieu où Philip a grandi mais aussi le lieu d’où vient ma bague (la boucle se boucle en quelque sorte).

En ce qui concerne l’esthétique générale du mariage, ce qui comptait pour nous c’était que cela nous corresponde mais aussi que l’ensemble s’harmonise et honore le chalet et ses environs. Nous sommes donc partis sur une ambiance champêtre et conviviale avec quelques touches vintage. Comme Philip et moi sommes concernés par les enjeux climatiques et essayons de nous montrer plus responsables dans notre consommation quotidienne, il nous paraissait logique de faire de même pour notre mariage. Nous avons donc fabriqué une partie des décorations nous-mêmes à partir de matériau recyclés : les panneaux étaient par exemple faits à partir de vieilles palettes, nous avons aussi transformé le fil à linge en un arrière-plan un peu bohème composé d’anciens rideaux en dentelle chinés dans la brocante locale, la vaisselle du mariage, une magnifique collection d’assiettes dépareillées, a de même été chinée et enfin l’arche sous lequel nous nous sommes mariés a été construit par mon beau-père qui s’est servi des restes d’un arbre brûlé. Et quant à la location du matériel, nous avons privilégié le recours à des entreprises locales, tout comme pour les fleurs. Les fleuristes ont d’ailleurs fait un travail fantastique. Nous souhaitions que les compositions florales forment un ensemble cohérent avec la végétation naturelle du chalet. On a donc choisi d’inclure beaucoup de verdure, des fleurs locales ainsi que des fleurs sauvages. Le résultat était vraiment superbe.

Enfin, bien que le mariage se déroule aux États-Unis, je tenais tout de même à ajouter autant de touches françaises que possible, que ce soit dans le contenu du menu (pommes de terre cuites dans la graisse de canard, vin français, baguettes bien sûr, mais aussi macarons…), mais aussi la papeterie pour laquelle nous avons bénéficié de l’immense talent de Fanny Calligraphie, qui a réussi à capturer l’esprit de notre mariage à la perfection, ou enfin dans le choix de ma tenue. »

Le choix de la robe de mariée

« Pour le choix de la robe, j’avoue m’être montrée un poil chauvine car je voulais vraiment une robe française. Au niveau du style, je cherchais quelque chose de simple, fluide, voire un peu bohème et qui puisse aller avec l’esthétique du chalet. J’avais au préalable repéré la robe Anatole de chez Delphine Manivet sur internet et aimait beaucoup son côté intemporel et l’élégance du dos. Cependant, étant donné qu’il s’agissait d’une robe relativement ancienne (elle a été créée en 2008), j’ai eu du mal à trouver une boutique qui la stockait. C’est ma meilleure amie Amélie (elle aussi fiancée et à la recherche d’une robe) qui a enfin réussi à identifier un revendeur où j’ai pu l’essayer le seul modèle qui leur restait. Après avoir passé un nombre de robes lors d’un weekend à Paris toutes les deux, c’est finalement celle-ci que je ne n’arrivais pas à me sortir de la tête et j’en suis toujours enchantée ! »

Le jour du mariage

« Le jour du mariage s’est déroulé à merveille ! J’ai été incroyablement émue par la générosité et de la dévotion de nos amis et familles qui se sont tous impliqués dans les préparations et je serai éternellement reconnaissante de toute l’aide qu’ils nous ont apportée. Nous nous sommes sentis tellement entourés du début à la fin qu’on aurait pu tout affronter ! Nous avons commencé par une cérémonie laïque bilingue, officiée par deux de nos amis proches (un français et un américain) durant laquelle nous avions soigneusement prévu d’alterner les parties en anglais et en français pour être sûr de n’aliéner personne. Les invités se sont ensuite dirigés vers le coin cocktail où ils ont pu découvrir des vins français et américains, une variété de bières et cidres provenant de brasseries locales, ainsi que nos cocktails signature « His & Hers » tout en dégustant une sélection de charcuterie et fromages français et américains. Nous avions installé quelques jeux (come le horseshoe ou le cornhole) pour que nos invités puissent également se distraire en attendant le repas. Nous avons opté pour un repas assis, servi façon « family style » et entrecoupé de discours de nos meilleurs amis, tous plus touchants les uns que les autres, et une fois les danse père-fille et mère-fils achevés, nous avons ouvert le bal et dansé nonstop jusqu’au départ du DJ ! Pour la fin de soirée, nous avions prévu un feu de camps accompagné de différents snacks, comme des Chamallow que nos invités pouvaient faire griller sur le feu et se faire des S’mores* (sandwich constitué d’un Chamallow grillé et d’un bout de chocolat à glisser entre deux biscuits). »

Un conseil à partager avec les futurs marié.es

« La danse avec mon papa. Il avait choisi comme chanson « Douce France » de Charles Trénet. En plus d’être un classique, cette chanson, dont les paroles portent un regard nostalgique sur une enfance heureuse passée dans un village français, a été écrite pour les expatriés durant la seconde guerre mondiale. Étant moi-même expatriée et ayant grandi dans un petit village du Sud-Ouest, j’ai été particulièrement touchée par le gentil message que me faisait passer mon papa. »

Un conseil à partager avec les futurs marié.es

« Choisissez des prestataires en qui vous avez confiance et avec lesquels vous pouvez communiquer facilement. Ils représenteront une source de confort précieuse, surtout en cas de petits imprévus à l’approche du jour J. Et surtout, ça parait évident mais essayez de relâcher la pression et de profiter au maximum de cette belle journée qui passe à une vitesse vertigineuse. Vous avez tellement travaillé, maintenant vous méritez de vous amuser ! »

Les prestataires recommandés par les marié.es

Photographe : Stella K. Photography | Assistant photgraphe : Michele Lee Photo | Papeterie Faire-part + Save the Date + Etiquettes bougies cadeaux d’invités : Fanny Calligraphie | Tenue de la mariée : Robe « Anatole » de Delphine Manivet chez Couture Mariage |  Voile : Dressing Club |  Chaussures : Repetto |  Alliance : I. Gorman Jewellers | Tenue du marié : Costume The Black Tux | Chaussures : Bobbies | Nœud papillon : Le Colonel |  Alliance : Blue Nile | Coiffure et maquillage : Ethereal Hair and Makeup Artistry | Robes des demoiselles d’honneur : Collection « Nouvelle Amsale » chez Amsale | Tenue des témoins : Costume : The Black Tux | Nœud papillon : Le Colonel | Fleurs : Habitat Floral Studio | Mobilier : Perfect Events | Traiteur : Mission Bistro | Gâteau et desserts : Gretchen Edwards par Mission Bistro – gretchenmarie406@gmail.com | DJ : RMF Entertainment

Vous êtes photographe et vous vous retrouvez dans l'esprit La mariée aux pieds nus, n'hésitez pas à nous contacter pour partager vos images à lmapn.publications@gmail.com . Les astérisques marquent des liens affiliés. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter la page Mentions Légales du site.
Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Latest Stories

Search stories by typing keyword and hit enter to begin searching.